Larvor

Les revendications des habitants de certains quartiers  n’ont pas toujours été prises au sérieux par la municipalité, notamment à Kermenhir, au Suler, à Larvor, c’est dommage !

Le plus grand quartier, Larvor, occupe tout le tiers Sud de la commune.

Plus qu’un quartier, c’est une grande partie de Loctudy qui a sa propre histoire et ses problèmes spécifiques.

Les habitants de Larvor sont familièrement appelés « les tartares », l’origine exacte de cette appellation dépend des interlocuteurs…

A Larvor, les commerces ont disparu un à un et, par la même occasion, les lieux de rencontre.

L’école reste le seul lien social, d’où son importance.

Les habitants de Larvor éprouvent un grand attachement à leur école.

Une certaine solidarité entre les gens de Larvor tient en grande partie à l’existence de son école publique depuis très longtemps.

A Larvor les enfants ne sont pas séparés en deux groupes en fonction des opinions des parents ! C’est cela la laïcité, le vivre-ensemble.
Les enfants se connaissent, et les parents aussi.

Le quartier de Larvor est éloigné du bourg et une salle municipale de quartier était déjà réclamée lors des élections municipales de 1995. Un lieu de rencontre entre voisins pour discuter ou jouer aux cartes revendication simple et facile à satisfaire, mais toujours traitée avec mépris par les différentes municipalités.

Il faut faire 3 ou 4 km pour aller acheter un pain, au bourg de Loctudy ou à Lesconil.
Sur la commune de Plobannalec-Lesconil, elle aussi avec deux pôles éloignés, la municipalité a mis en place une navette permettant les déplacements pour tous. Idée intéressante… Pourquoi pas entre Loctudy et Lesconil en traversant Larvor ?